SOLIDAIRE DE NOS SAPEURS-POMPIERS

Depuis deux mois et encore pour deux mois, les sapeurs-pompiers de Corbeil-Essonnes comme partout en France sont en grève et en colère. Le Printemps de Corbeil-Essonnes est allé à leur rencontre. Les pompiers subissent la même réalité que les services d’urgence hospitaliers et que la police : de plus en plus sollicités et toujours moins de moyens et de considérations. Ils souffrent de l’appauvrissement de toute la chaîne médicale avec les hôpitaux délaissés, le SAMU saturé et le manque d’ambulances privées. L’hôpital Sud Francilien ne bénéficie pas du statut « grande garde » qui permet l’accueil des polytraumatisés ce qui occasionne des déplacements plus longs vers Paris ou Henri-Mondor et ce malgré la présence de deux hélicoptères. Au même moment cet été, nous apprenions que la France était championne du monde des dividendes versés aux actionnaires. Nos services publics ne mériteraient-ils pas un effort ?

Compétences

Posté le

10 octobre 2019