Le 12 mars dernier, lors d’un conseil d’école, l’élue en charge des affaires scolaires a indiqué que la dotation annuelle par élève serait réduite de 7 € (soit à 28 €) dès la prochaine rentrée scolaire pour les enfants accueillis dans les écoles élémentaires de la ville. Stupéfaction de la part des enseignants et des parents d’élèves !

Raison invoquée : un rééquilibrage des affectations budgétaires entre écoles élémentaires et maternelles, déséquilibré depuis la baisse de dotation de 2016.

Réaction des enseignants : le budget est juste à l’heure actuelle pour les commandes de matériel et de manuels, comment allons-nous faire ?

Un bref historique s’impose.

Chaque année, en plus de l’entretien / édification des écoles communales, la ville de Corbeil-Essonnes verse 200 € par classe et par an pour des projets éducatifs ainsi qu’une dotation par élève. Jusqu’en 2013-14, la dotation annuelle était de 39 € par élève scolarisé dans les écoles maternelles et élémentaires. En 2014-15, elle a été réduite à 30 € par élève et à nouveau en 2016-17, à 20 € par élève, auxquels se sont ajoutés 15 € uniquement pour les élèves d’école élémentaire et pour l’achat de manuels scolaires. Pour 2018-19, la dotation sera de 28 € par élève, sans distinction entre école maternelle et élémentaire.

Cela représente une baisse sensible du budget, les effectifs des écoles élémentaires étant plus nombreux (3969) que ceux des écoles maternelles (2845). A titre indicatif, 6900 enfants environ sont scolarisés à Corbeil-Essonnes, une différence de budget de 10 € par enfant équivaut ainsi à 69 000 € de budget annuel. Au regard de l’enjeu que représente l’éducation et sur un budget annuel global de 100 millions d’euros, une économie de quelques euros par élève parait mesquine !

En 2016 déjà, les parents d’élèves de plusieurs écoles de la ville s’étaient mobilisés et avaient interpellé, en vain, le Maire et les élus sur :

  • la dotation de 20 € par élève insuffisante en maternelle

  • l’affectation de 15 € exclusivement pour les manuels scolaires en élémentaire

  • le nombre d’Atsem en maternelle, la mauvaise qualité de l’animation pendant la pause méridienne, la baisse de qualité de la nourriture avec la délégation de service public à Sodexo.

En 2019, les problèmes sont les mêmes: aucune concertation, un manque de coordination avec les autres services de la ville, aucune vision ni projet éducatif clair et transparent !

Ainsi, l’information sur la baisse de dotation est passée en catimini. Et concernant la réunion sur l’organisation de la pause méridienne annoncée « en urgence » au mois de mars suite aux problèmes à l’école Galignani (dénoncés depuis plusieurs années et dans plusieurs écoles), nous attendons toujours une date… Non, l’éducation n’est pas une priorité pour nos élus alors que c’est une préoccupation majeure pour un grand nombre d’entre nous, parents, enfants, grands-parents… citoyens !

Adeline Masson, représentante de parents d’élèves.