Le dynamisme d’une ville ne se mesure pas au nombre de ses habitants !

Le Plan local d’Urbanisme devrait être voté le 28 janvier à 19 heures lors du prochain conseil municipal.

Sans quasiment aucune concertation, en catimini et à toute vitesse. De quoi le maire a-t-il peur ? Peut-être du boom démographique que notre commune vit depuis qu’il est aux manettes de la commune. Plus de 10000 habitants en 10 ans. L’une des plus fortes progressions du département. Corbeil-Essonnes compte 51 682 habitants au 1er janvier 2019. Et ce n’est pas fini. Le prochain PLU prévoit la poursuite de la densification notamment dans les trois grands quartiers de notre ville pourtant déjà saturés avec des habitants qui ne savent plus où garer leur voiture et des équipements publics qui ne suivent pas. Ainsi, Montconseil, les Tarterêts et l’ancienne Papeterie vont encore voir pousser des centaines de logements. Et que dire du projet de l’ancien hôpital ? C’est un nouveau morceau de ville qui s’apprête à sortir de terre sur l’un des rares espaces non construits de la ville. Seuls les promoteurs se disputent l’affaire bien loin des habitants. Le dynamisme d’une commune, c’est une harmonie entre l’habitat, l’emploi, les commerces, les loisirs, le sport et la culture, l’environnement, les transports et les occasions données aux habitants de se rencontrer et d’échanger. Mais cela, c’est une autre histoire.